Promotion VINCENT

Quartier de BANGE

12 Mars 2012 , Rédigé par Patrick Publié dans #article

- Création du quartier

Le 10 avril 1910, la ville d' Issoire remet un terrain de plus de 50 hectares à l'armée et contribue au financement de la construction d'une caserne, située en lisière sud de l'agglomération.

En 1913, les travaux commencent et permettent au 16ème RA de s'y installer.


le quartier de BANGE est né !

 

Après avoir accueilli divers régiments d'artillerie et de cavalerie, le centre d'entraînement des moniteurs de jeunesse (CEMJ), l'école d'enseignement technique de l'armée de terre (EETAT), puis l'école nationale technique des sous-officiers d'active (ENTSOA), le quartier de Bange ouvre ses portes au 28ème régiment de transmissions le 1er septembre 1998.

 

Depuis, la physionomie de l'infrastructure a évolué pour s'adapter aux moyens plus conséquents d'un régiment fortement motorisé et doté de matériels sensibles et volumineux :

- démolition des salles de cours de mécanique (les anciennes écuries)  afin de libérer un espace de mise en rame des véhicules. Début de la restructuration des bâtiments cadres et EVAT pour les adapter aux normes du plan VIVIEN (1999 à 2002).

- Réalisation de la première tranche du chantier de la zone technique. Livraison en 2004, de la station carburant, des armureries et magasins sécurisés, de l'aire de lavage et d'une salle de charge.

- la seconde tranche devrait permettre de garer l'ensemble des véhicules du régiment.

 

Bref, pour ceux qui n'ont jamais remis les pieds au quartier, voici ce que vous trouverez comme changements notables depuis votre départ en 1970 (durant l'école et après sa fermeture):

- construction d'un bâtiment devant l'infirmerie

- construction d'un stand de tir 200 m au fond du terrain de sport, vers le club hippique.

- réunion des deux réfectoires 1ère et 2ème année par la suppression de la plonge. Existence de deux chaînes pour le service.

- construction d'un bâtiment à côté du S1, où était le zinc en tôle du club para

- démolition des anciennes écuries - salles de cours mécanique - ancien cinéma, foyer, coiffeur, chapelle, douches...

- réaménagement du premier étage du foyer : coiffeur, assistante sociale, salles d'honneur, musée...

- réaménagement des bâtiments 11-12-13-21-22-23 en chambres Vivien EVAT.

- réaménagement des bâtiments 3ème année pour les sous-officiers (1 chambre = 1 sous-officier), création lingerie et divers éléments de confort ...

- réaménagement du gymnase en atelier

- construction sur le terrain de sport d'un nouveau gymnase, armurerie et magasins sécurisés

- déplacement de la zone carburant, construction aire de lavage.

- les étages du S1 ont été réaménagés par compagnie, pour les divers bureaux de commandement ( Capitaine, chefs de sections...).

 

Voilà en quelques lignes les changements qui vous attendent. ( j'en ai sûrement oublié ! )

 

Qui fut de Bange ? 

 

Colonel Charles Ragon de BANGE ( 1883 - 1914 ) né à : Balignicourt dans l' Aube(10) - mort à :  le Chesnay (78)

Sa carrière militaire (source wikipédia) :

Il entra à l'école polytechnique en  1853,  d'où il sortit pour servir dans l'artillerie. Lieutenant il combattit à la bataille de solférino et, lorsqu'il rentra en France, il choisit de servir dans les services techniques. Il fut capitaine en 1862, servit au 9ème Régiment de Besançon (1867-1869), puis entra à l'Atelier de précision au Dépôt Central de Paris (1869-1882). Il passa chef d'escadron en 1874, lieutenant-colonel en 1878 et colonel en 1880. Il reçut la légion d'honneur en 1876 et en devint Commandeur en 1889.

debange

 

Sa carrière en tant qu'ingénieur (source wikipédia):

De rapides progrès se firent jour après les années 1870 et rapidement acceptés par l'armée pour relever le défi de la défaite face aux Prussiens. Les canons Gribeauval (en bronze) avaient été modernisés par de Reffye (modèle 1870 avec mise en en place d'une culasse) et par Lahitolle (modèle 1875) avec l'utilisation de l'acier pour le tube du canon.

L’apparition de la mélinite et de la « poudre B » augmentèrent les performances des munitions mais en même temps les contraintes sur les systèmes d'armes. Les fusils connaissaient parallèlement une évolution majeure avec la mise en service du Chassepot modèle 1866.


En 1872, de Bange dessine le système de Bange, un type d'obturateur pour les canons qui permit une étanchéité plus importante de la culasse des éléments d'artillerie.

Jusque là, les systèmes en service ne rendaient pas la culasse étanche et subissaient des retours de flammes, dangereux pour les artilleurs, ainsi qu'une perte de puissance, ce qui faisait qu'ils n'étaient pas satisfaisant. La culasse coulissante à vis interrompue en forme de champignon était complétement étanche. et son système est toujours celui qui est utilisé de nos jours. Le système s'ouvrait vers l'arrière avec une partie mobile qui laissait entrer la douille permettant un usage rapide et efficace du canon ; cette partie pouvait ensuite effectuer une rotation qui assurait la fermeture de la culasse. Cette partie rayée s'emboitait dans les mêmes rayures sur le canon, lisse en face de rayé pour ouvrir, rayé dans rayé pour maintenir fermé et donc tirer, le tout se réalisait en quelques secondes, à la main et par un seul homme.

Une fois fermée, la culasse devait son étanchéité à la présence d'un champignon central qui sous la pression de l'explosion reculait en appuyant sur la chambre, l'ensemble était facilité par une graisse à l'amiante.

Le système de Bange fut rapidement adopté par les forces armées française mais aussi dans la Royal Navy et l'United States Navy en raison de leurs gros canons de marine ne pouvant être chargés que par une culasse.

Système de Bange fermé avec vue du champignon

 

Mais le recul non maitrisé empêchait un tir réellement rapide, il fallait remettre à la culée après chaque tir ou avoir un canon sur un affût fixe comme pour les navires.

Manufacture de canons 

En 1873, il devint le directeur des Ateliers de précision au Dépôt Central de Paris avec pour tâche de redessiner tous les canons de l'armée. Il mena cette tâche à bien en concevant  divers canons.

en savoir plus : lien

 

Ce système d'arme connut ses heures de gloires lors des guerres coloniales mais a aussi massivement servi lors de la Première Guerre mondiale; le grand besoin de canon fit qu'ils furent utilisés sur tous les fronts, et il restait encore certains de ces canons en service pendant la Seconde guerre mondiale.

De 1882 à 1889, de Bange fut le directeur de la Société anonyme des anciens établissements Cail; il y travailla comme concepteur d'armes mais aussi à leur commercialisation comme par exemple en Serbie.

 

Conclusion :

Maintenant vous savez presque tout sur le quartier De Bange.

Le 29 septembre matin, voici votre parcours en voiture:

A votre arrivée devant le quartier, vous verrez que peu de choses ont changé. L'entrée est identique, l'insigne de l'école sur le bâtiment 11 a bien sûr été échangée par celle du 28ème RT. Une fois entré, on tourne à droite, on passe devant le monument aux morts où nous remettrons la gerbe l'après-midi, l'état major, puis devant  un nouveau bâtiment qui a été construit devant l'infirmerie. En continuant et après le S1, vous verrez sur votre droite la nouvelle zone de lavage, le nouveau poste de carburant, puis une allée qui va jusqu'au bout, en gravillon sombres, où se situait les anciens bâtiments: foyer, cinéma, coiffeur, bâtiments de mécanique. C'est maintenant la zone de mise en rame des véhicules.

Vous allez jusqu'au bout, tournez à gauche, passez entre les bâtiments, vous ne verrez presque plus de changement. Les bâtiments groupe ont reçu un bac de décrottage de chaussures devant, et certaines fenêtres du bas ont été obturées car la chambre à été transformée en armurerie (maintenant centralisée près de la piscine).

Vous vous garez, et direction le foyer : on vous attend !

En fin d'après-midi vous pourrez refaire un pélerinage dans tous les bâtiments. Les grandes chambres de 16 que nous connaissions, ont été partagées par un couloir. Les WC refaits et l'eau chaude installée !

Voilà mes amis, merci de m'avoir lu jusqu'au bout !

Patrick


Partager cet article

Commenter cet article